Jean-Christophe Fromantin était l’invité politique d’Europe 1. Il a répondu aux questions de Wendy Bouchard.

D’abord interrogé sur la primaire de la gauche, Jean-Christophe Fromantin note qu’elle se construit en dehors de la primaire : « Les Français vont (de plus en plus) chercher à la périphérie du système politique les vecteurs de renouveau, d’enthousiasme et d’espérance pour avoir une autre politique dans les années à venir »

Sur la droite et François Fillon, Jean-Christophe Fromantin déclare : « Il faudra à un moment se rassembler. Je ne sais pas quand, ni sur quelles bases. On a des contributions à apporter et je ne cherche ni soutien ni négociation, je suis extrêmement libre et j’y tiens beaucoup. C’est en fonction de l’évolution du projet de François Fillon que je pourrai éventuellement rejoindre un projet de majorité présidentielle ».

L’occasion également d’affirmer son désaccord avec François Bayrou au sujet des valeurs : « Je suis à l’inverse de la position de François Bayrou. A un moment où l’on attend des politiques qu’ils incarnent et portent des valeurs et une vision, il est fondamental qu’on puisse « lire » un homme politique au travers de ce qu’il a au fond du cœur et de ses convictions. A chacun ensuite d’être cohérent dans un esprit d’universalité et de rassemblement et non pas, bien entendu, de segmentation ou de division. »

Sur son initiative « 577 pour la France » Jean-Christophe Fromantin rappelle : « Nous souhaitons apporter dans le bain politique une diversité de talents, de compétences et d’expériences. Tous les jours, je suis surpris de voir à quel point ce petit monde politique n’est pas poreux ni ouvert à ce qu’il se passe à l’extérieur. 577 pour la France vise à chercher dans la diversité des territoires des gens qui peuvent irriguer le débat politique avec ce qu’ils ont compris, vécu et appris ailleurs qu’en politique. On a des profils variés : un commissaire de police, des fonctionnaires, des entrepreneurs, des commerçants (…) Quand on voit des gens qui en sont à leur 4ème ou 5ème mandat il y a vraiment matière à s’interroger sur la représentativité de l’Assemblée nationale. La règle de priorité au sortant est mortifère pour la politique. On fait peser sur le monde politique un conservatisme et un carriérisme qui bloque toute l’audace qu’un projet politique mérite aujourd’hui »

Replay de l’interview sur le site d’Europe 1 : Jean-Christophe Fromantin : « Amener la diversité des expériences dans le bain politique »